TIC et Volontariat: un outil pour le développement

08 septembre 2006

Sociologue et chercheur dipl√īm√© en √©tude du d√©veloppement √† l'Institut Universitaire d'Etudes du D√©veloppement (IUED) de Gen√®ve, Djibril Fall est charg√© de la recherche et du d√©veloppement des projets d'ICV √† Gen√®ve et y m√®ne actuellement des recherches sur les TIC et le Volontariat. Particuli√®rement sensible aux probl√©matiques reli√©es aux jeunes et la citoyennet√©, il en a fait les sujets de sa th√®se.

Traiter du rapport entre le volontariat et les Technologies de l'Information et de la Communication (TIC) peut sembler de prime abord une nouvelle probl√©matique ¬ę √† la mode ¬Ľ vu l'int√©r√™t prononc√© accord√© aux deux sujets tout au long de cette d√©cennie. Mais si le Volontariat et les TIC sont devenus de facto des th√®mes de r√©f√©rence, ceci tient du fait que l'un comme l'autre propose de nouvelles mani√®res d'appr√©hender les rapports humains. Si le Volontariat en tant qu'engagement de plein gr√©, au service de son prochain, en vu d'un bien-√™tre communautaire et sans compensation financi√®re, n'est pas une d√©marche nouvelle en-soi, les TIC quant √† elles, apparaissent comme l'instrument essentiel de l'√©dification d'une "soci√©t√© nouvelle" caract√©ris√©e par la diffusion et l'√©change d'informations: la Soci√©t√© de l'Information.

La Société de l'Information génère des bouleversements radicaux dans tous les domaines

Selon les tenants de l'av√®nement d'une Soci√©t√© de l'Information, cette derni√®re fait suite √† la soci√©t√© agraire et √† la soci√©t√© industrielle. En se fondant sur le postulat du processus dynamique qui caract√©rise toute soci√©t√© humaine, ils pr√©disent, comme le souligne l'Union Internationale des T√©l√©communications (UIT), ¬ę des bouleversements radicaux dans tous les domaines de notre vie: diffusion des connaissances, modes de comportement en soci√©t√©, pratiques √©conomiques et commerciales, engagement politique, m√©dias, √©ducation, sant√© publique, loisirs et distractions. ¬Ľ

Le principe du Volontariat est aussi l'accessibilité, cette mise à disposition de services à ceux qui en ont besoin

C'est dire donc que la Société de l'Information telle que décrite, constitue d'une part une continuité dynamique dans la marche des sociétés humaines, mais elle se veut surtout une rupture dans sa logique évolutive qui prédisait une plus grande marchandisation des rapports humains. Toutefois, pour une telle rupture, il faudrait que la Société de l'Information se soustraie de la vision mercantiliste dominante et se construise, fortement et durablement une dimension libératrice et égalitaire, facteurs de bien-être et de cohésion sociale.

La dimension lib√©ratrice de la Soci√©t√© de l'Information fait opposition √† la main mise ¬ę √©conomiciste ¬Ľ caract√©risant le monde industriel et sa dimension √©galitaire s'attelle √† r√©sorber les diff√©rences criantes entre diff√©rents groupes humains dans le cadre de leur bien-√™tre social. Ces deux dimensions fondamentales ont pour objectif principal l'accessibilit√© du plus grand nombre d'√™tres humains √† l'information. C'est le principal d√©fi auquel cette "nouvelle soci√©t√©" est confront√©e. Autrement dit, comment rendre d√©mocratique et accessible l'information? C'est aussi la question principale qui permet de mettre en relation Volontariat et TIC. Car, faut-il le rappeler, le principe du Volontariat est aussi l'accessibilit√© ; cette mise √† disposition de services √† ceux qui en ont besoin. Elle appara√ģt donc comme une notion f√©d√©ratrice dans le cadre de ce d√©bat. 

Dans un contexte mondial o√Ļ la solvabilit√© √©conomique demeure la seule garantie d'acc√®s aux ressources, par quels moyens le Volontariat pourrait-il rendre possible l'accessibilit√© aux TIC des populations, surtout les moins favoris√©es, et p√©renniser ainsi une Soci√©t√© de l'Information.

L'engagement √©crit ou m√™me oral d'une personne morale peut tenir lieu d'un contrat 
C'est là une question qui pourrait guider une réflexion et une recherche approfondie sur les potentialités réelles des TIC et du Volontariat dans l'optique d'un développement humain durable. Une telle problématique supposerait aussi une redéfinition claire et pratique de la notion centrale de Volontariat en tant que acte de solidarité, d'échange et de partage équitable, donc force motrice pour une "société humaine nouvelle".

Il faudra dès lors interroger les principes même du Volontariat tel qu'accepté aujourd'hui et notamment le principe de l'engagement individuel

 Il est connu que dans certaines soci√©t√©s, notamment africaines, l'engagement √©crit ou m√™me oral d'une personne morale peut tenir lieu d'un contrat pour toute une collectivit√©. D√®s lors, il serait important de mener des recherches empiriques s√©rieuses sur la perception de la notion de Volontariat dans ces soci√©t√©s o√Ļ un contrat social moral ou symbolique tacite peut pousser des individus √† d√©l√©guer leur ¬ę plein gr√© ¬Ľ √† une tierce personne, tels les a√ģn√©s sociaux, guides religieux, chefs de clan, chefs de village, chefs de quartier ou tout autre personne investie d'un certain pouvoir. C'est la condition indispensable pour √©valuer tout le potentiel humain disponible pour un d√©veloppement social durable dans ces soci√©t√©s.

Djibril Fall

©1998-2021 ICVolunteers|conception + programmation mcart group|Mis √† jour: 2019-01-28 10:52 GMT|Notre politique|